Portrait (01) - Beau comme un Vermeer...

Publié le par Monsieur D.

L'Histoire de l'Art est une source inépuisable d'inspiration. Et la photographie (qui fait aussi partie de l'Histoire de l'art, même si c'est un medium récent) y puise alégrement. Cette influence, on la retrouve très souvent dans le portrait.

Les trois photographes que j'ai choisi de vous montrer ici, sont de talentueux portraitistes. Tous trois ont en commun un style qu'on peut décrire facilement : portraits d'une grande simplicité, pose de 3/4, visages inexpressifs, d'une étrange beauté, et une humanité qui surgit sur un fond noir.

Pour deux d'entre eux, hollandais d'origine, il s'agit clairement de réinterprêter la peinture flamande du XVIIeme siècle, l'oeuvre de peintres comme Johanes Vermeer ou Rembrandt.



Ci-dessus, la jeune fille à La Perle de Vermeer, et l'actrice Scarlet Johanson qui interpreta le modèle dans l'histoire inventée par Tracy Chevalier d'après le célèbre tableau, et adapté au cinéma dans le film éponyme en 2004 (voir fiche sur allocine >http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=45323.html)



Desiree Dolron, Dans la série Xteriors (série réalisée entre 2001 et 2006, qu'elle présenta à Paris au Mois de la Photo 2006) nous emmène dans un monde onirique, sombre et inquiétant. Les portraits de ses femmes en habits noirs, des "costumes d'époque" (de quelle époque exactement?), expriment une beauté parfaite mais aussi artificielle.


Les visages à la peau très blanche, tiennent leur pâleur du traitement numérique des photos que leur fait subir Desiree Dolron. Comme un nettoyage, une épreuve de purification. Les mêmes visages se fondent dans un léger flou (sfumato), dans le noir du fond qui englobe le décor. La photo pour Desirée Dolron, et le portrait, sers la narration. Sers l'histoire dans laquelle nous invite à entrer la photographe, et qui est son invention.



ci dessus, photo extraite de la série Xterior de Desiree Dolron, et La leçon d'anatomie de Rembrandt

Déjà proche de la peinture par ses références, les photos de Desiree Dolron trouvent par l'intervention de la retouche numérique, un écho avec le pictorialisme
Hendrik Kersten a pris l'habitude de photographier sa fille Paula depuis qu'elle est toute petite. Cette jeune femme à un visage très particulier, ni d'une grande beauté, ni même laid, mais qui n'est pas sans faire penser à certaines figures célèbres de la peinture comme la jeune fille à la perle de Vermeer (voir plus haut). Ce visage, photographié en série par Kersten, a des relents d'obsession. Le rapport que le photographe entretient avec son modèle est troublant, et même parfois perturbant (pour ne pas dire dérengeant). ça fait parti du jeu entre le photographe et son modèle.



Comme sa compatriote, évoquée précédemment, les photos de Kersten s'inspirent des peintres primitifs flamands. Mais le choix, ici, de faire référence à un certain académisme, dans les poses notamment, est contrebalancé par des détails, des accessoires qui ne le sont pas du tout, et qui parraissent parfois incongrus : un sac plastique sur la tête, des coups de soleils, une peau qui pele... Des choses empruntées au quotidien, à la banalité. Montrer le quotidien, Hendrick le partage avec les peintres hollandais.


Le dernier photographe que j'ai choisi, se distingue un peu des deux autres, en cela que la référence aux maîtres de la peinture flamande se fait moins directe, plus lointaine. Chez Pierre Gonnord photographe d'origine française, madrilene d'adoption depuis 1988, on retrouve l'extrème sobriété de la composition, la solenité des poses (des portraits de 3/4 sur fonds noirs). La référence à la peinture est là encore évidente. Mais plus que chez Vermeer ou Rembrandt, il faut aller chercher du côté du Caravage, ou de Zubaran. Ou de la photo du XIXe siecle. Le portrait chez Gonnord, montre une humanité que l'on ne voit pas, ou devant laquelle on détourne le regard : marginaux, clochards, voyoux, gitans... Dans sa série justement bâptisée "regards", ce sont ces gens qui nous regardent. Et la sensation est plus grandes devant ces portraits en très grands formats, présentés lors d'expositions.




Le réalisme, la vérité, l'ordinaire sont là encore au coeur du portrait, mais ne servent ici aucun autre propos que celui du sujet photographié.


Pierre Gonnord a exposé ses portraits lors des dernières rencontres d'Alres (8 juillet - 14 septembre 2008)




En savoir plus ?
Desirée Dolron :
- site officiel > http://www.desireedolron.com
- un article sur le site Pixelcreation > http://www.pixelcreation.fr/graphismeart-design/art/desiree-dolron/
- article sur art-scape > http://www.artscape.fr/desiree-dolron-entre-violence-et-sacre/
- video sur CreativTV.net > http://www.creativtv.net/v2/05/dolron.html
- article actuphoto > http://www.actuphoto.com/3791-desiree-dolron-exaltation-gaze-xteriors.html
- définition du pictorialisme sur Wikipedia > http://fr.wikipedia.org/wiki/Pictorialisme
Henrik Kersten :
- site officiel > http://www.hendrikkerstens.com/
Pierre Gonnord :
- site officiel > http://www.pierregonnord.com/
- article sur Telerama > http://www.telerama.fr/scenes/rencontre-avec-le-photographe-pierre-gonnord,31356.php
- les rencontres d'Arles > http://www.rencontres-arles.com/ARL/C.aspx?VP3=Renderer_VPage&ID=ARLP44


Publié dans portrait

Commenter cet article

NIVERT Jocelyn 07/04/2009 23:57

Regarder aussi les photos de Frank HORVATVraies Semblances - 1984Un must dans le genre !